Dieu dit qu'il ne vous délaissera jamais ni ne vous abandonnera. Il fera de vous la tête et non la queue. Il pourvoira à vos besoins, Il vous délivrera, Il vous guérira, Il vous fera abonder pour toute bonne œuvre. La seule chose que vous avez à faire de connaître Ses promesses et de les croire, agir selon Sa direction car Il vous guide par son esprit. Dieu a besoin de notre foi, de notre confiance en Lui, et que nous nous attendions à Lui. Dieu connaît votre besoin, il sait que votre coeur est de vivre pour Lui.

Arrêtez et sachez qu'Il est Dieu. Rappelez-vous : Il ne cesse de travailler dans votre vie. Vous êtes parfait en Christ, il ne manque rien. Dieu est fidèle et ceux qui connaissent leur Dieu seront forts et feront des exploits. Alors, décidez qu’aujourd'hui est votre jour pour transformer votre cœur pour Dieu. La bataille n'est pas la vôtre mais celle de Dieu.

Rappelez-vous de Schadrac, Méschac et Abed-Nego : ils ont fait face à une mort certaine car ils refusaient de se prosterner et d’adorer l'image que le roi Nébucadnetsar avait faite pour que tout le monde s'incline et l’adore. Parce qu’ils ne se sont pas inclinés devant la pression du roi et qu’ils ont refusé d'adorer cette image, ils ont été jetés dans la fournaise ardente. Mais devinez quoi ? Ils n’ont pas brûlés, et pourquoi ? Car ils avaient confiance en leur Dieu. Dieu les a délivrés. Ils sont passés de la peine de mort à la promotion de diriger la province de Babylone.

Comme eux, si vous vous inclinez, vous brûlerez. Il ne faut pas vous plier à vos situations ou circonstances ou problèmes, mais faire confiance à Dieu pour votre réponse, votre libération et votre délivrance. Allez à Dieu avec une attente confiante qu'Il va pourvoir à une belle journée pour vous.

Daniel 3 : 14-30

Nebucadnetsar prit la parole et leur dit: Est-ce de propos délibéré, Schadrac, Méschac et Abed-Nego, que vous ne servez pas mes dieux, et que vous n’adorez pas la statue d’or que j’ai élevée? Maintenant tenez-vous prêts, et au moment où vous entendrez le son de la trompette, du chalumeau, de la guitare, de la sambuque, du psaltérion, de la cornemuse, et de toutes sortes d’instruments, vous vous prosternerez et vous adorerez la statue que j’ai faite; si vous ne l’adorez pas, vous serez jetés à l’instant même au milieu d’une fournaise ardente. Et quel est le dieu qui vous délivrera de ma main ?

Schadrac, Méschac et Abed-Nego répliquèrent au roi Nebucadnetsar : Nous n’avons pas besoin de te répondre là-dessus. Voici, notre Dieu que nous servons peut nous délivrer de la fournaise ardente, et il nous délivrera de ta main, ô roi. Sinon, sache, ô roi, que nous ne servirons pas tes dieux, et que nous n’adorerons pas la statue d’or que tu as élevée. Sur quoi Nebucadnetsar fut rempli de fureur, et il changea de visage en tournant ses regards contre Schadrac, Méschac et Abed-Nego. Il reprit la parole et ordonna de chauffer la fournaise sept fois plus qu’il ne convenait de la chauffer. Puis il commanda à quelques-uns des plus vigoureux soldats de son armée de lier Schadrac, Méschac et Abed-Nego, et de les jeter dans la fournaise ardente. Ces hommes furent liés vêtus de leurs caleçons, de leurs tuniques, de leurs manteaux et de leurs autres vêtements, et jetés au milieu de la fournaise ardente. Comme l’ordre du roi était sévère, et que la fournaise était extraordinairement chauffée, la flamme tua les hommes qui y avaient jeté Schadrac, Méschac et Abed-Nego. Et ces trois hommes, Schadrac, Méschac et Abed-Nego, tombèrent liés au milieu de la fournaise ardente.

Alors le roi Nebucadnetsar fut effrayé, et se leva précipitamment. Il prit la parole, et dit à ses conseillers: N’avons-nous pas jeté au milieu du feu trois hommes liés ? Ils répondirent au roi: Certainement, ô roi! Il reprit et dit : Eh bien, je vois quatre hommes sans liens, qui marchent au milieu du feu, et qui n’ont point de mal; et la figure du quatrième ressemble à celle d’un fils des dieux. Ensuite Nebucadnetsar s’approcha de l’entrée de la fournaise ardente, et prenant la parole, il dit: Schadrac, Méschac et Abed-Nego, serviteurs du Dieu suprême, sortez et venez ! Et Schadrac, Méschac et Abed-Nego sortirent du milieu du feu.

Les satrapes, les intendants, les gouverneurs, et les conseillers du roi s’assemblèrent ; ils virent que le feu n’avait eu aucun pouvoir sur le corps de ces hommes, que leurs cheveux n’avaient pas été brûlés, que leurs caleçons n’étaient point endommagés, et que l’odeur du feu ne les avait pas atteints. Nebucadnetsar prit la parole et dit : Béni soit le Dieu de Schadrac, de Méschac et d’Abed-Nego, lequel a envoyé son ange et délivré ses serviteurs qui ont eu confiance en lui, et qui ont violé l’ordre du roi et livré leur corps plutôt que de servir et d’adorer aucun autre dieu que leur Dieu ! Voici maintenant l’ordre que je donne: tout homme, à quelque peuple, nation ou langue qu’il appartienne, qui parlera mal du Dieu de Schadrac, de Méschac et d’Abed-Nego, sera mis en pièces, et sa maison sera réduite en un tas d’immondices, parce qu’il n’y a aucun autre dieu qui puisse délivrer comme lui. Après cela, le roi fit prospérer Schadrac, Méschac et Abed-Nego, dans la province de Babylone.

Hébreux 13 : 5-6

Ne vous livrez pas à l’amour de l’argent ; contentez-vous de ce que vous avez ; car Dieu lui-même a dit : Je ne te délaisserai point, et je ne t’abandonnerai point. C’est donc avec assurance que nous pouvons dire : Le Seigneur est mon aide, je ne craindrai rien ; Que peut me faire un homme ?

Romains 4 : 16-21

C’est pourquoi les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce, afin que la promesse soit assurée à toute la postérité, non seulement à celle qui est sous la loi, mais aussi à celle qui a la foi d’Abraham, notre père à tous, selon qu’il est écrit : Je t’ai établi père d’un grand nombre de nations. Il est notre père devant celui auquel il a cru, Dieu, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient. Espérant contre toute espérance, il crut et devint ainsi le père d’un grand nombre de nations, selon ce qui lui avait été dit : Telle sera ta postérité.

Et, sans faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps était déjà usé, puisqu’il avait près de cent ans, et que Sara n’était plus en état d’avoir des enfants. Il ne douta point, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu; mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu, et ayant la pleine conviction que ce qu’il promet il peut aussi l’accomplir.

Psaume 46 : 11

Arrêtez, et sachez que je suis Dieu : Je domine sur les nations, je domine sur la terre.

Hébreux 11 : 6

Or, sans la foi, il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent.